Accueil > Communiqués > Nationaux > Nicole BELLOUBET Nommée Ministre de la Justice

Nicole BELLOUBET Nommée Ministre de la Justice

jeudi 22 juin 2017  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Nicole BELLOUBET a été nommée hier Garde des Sceaux, Ministre de la Justice en remplacement de François BAYROU.

Mme Nicole BELLOBET est juriste. Elle a un Doctorat en droit. Elle est membre du Conseil Constitutionnel depuis le 14 mars 2013. Politiquement, elle a été première adjointe chargée de la culture de la ville de Toulouse dans l’équipe du maire Pierre Cohen. Élue au Conseil Régional de Midi-Pyrénées le 21 mars 2010 sur la liste PS de Martin Malvy, elle y occupe le poste de première vice-présidente, chargée de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

C’est sans à priori aucun que la CGT Pénitentiaire accueille cette nomination. Nous apprécierons la Ministre sur son travail, sur sa capacité à être équitable dans ses liens avec les partenaires sociaux, sur sa capacité à se faire entendre par le Premier Ministre et le Président de la République et aller conquérir les arbitrages financiers nécessaires aux réformes en cours dans l’administration pénitentiaire.

Placés dans des situations terribles dans des établissements surchargés, les personnels pénitentiaires n’attendent pas d’énièmes réformes qui viendraient ajouter de la confusion. Ils veulent désormais que les moyens suffisants soient donnés pour renforcer les cœurs de métiers et qui permettent d’assurer les nouvelles missions. Nos collègues doivent travailler en toute sécurité et en toute sérénité, formés dans une école où ils peuvent apprendre en toute quiétude.

Ce n’est pas le cas actuellement et la CGT Pénitentiaire attend de la Ministre qu’elle soit aussi la Ministre des prisons, qu’elle fasse arbitrer en notre faveur les dossiers en lien avec les transferts de missions, le renforcement des détentions, l’ENAP, etc., Et qu’elle alloue des moyens supplémentaires, humains et financiers, pour nos métiers et nos missions de service public.

Enfin, la CGT Pénitentiaire espère que la Ministre soit enfin la Ministre qui portera une réforme de la politique pénale nouvelle. Si bien évidemment, les questions de sécurité sont prégnantes pour nos concitoyens et nos collègues, la CGT Pénitentiaire pense qu’il faut avoir le courage de poser publiquement la question des alternatives à l’incarcération et des aménagements de peine pour les peines les plus courtes.

S’il ne s’agit pas de « mettre tout le monde dehors », il faut œuvrer pour retirer le caractère criminogène à la prison, donc lutter contre les récidives et permettre de baisser le niveau des détentions. Ce qui accroîtra la capacité de nos collègues à exercer convenablement leurs missions de service public en direction des détenus qui posent le « plus de problèmes ».

Montreuil, le 22 juin 2017

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page