Accueil > Communiqués > Nationaux > Sécurisation des missions extérieures : ESP/ELSP

Sécurisation des missions extérieures : ESP/ELSP

mardi 23 mai 2017  |   Version imprimable   |   Envoyer par courriel

Ce jour, une réunion était organisée à la DAP concernant l’article 12-1 de la loi pénitentiaire. Cette multilatérale (CGT-FO-UFAP) fait suite à la réflexion concernant les futures missions qu’exécutent les agents des ESP/ELSP, dans la continuité du travail mené sur la sécurisation des missions extérieures.

Lors de cette rencontre, la CGT Pénitentiaire a réaffirmé sa volonté de clarifier la définition exacte de la dénomination des ESP dans les nouvelles missions qui leur seront dévolues.
De même, pour la CGT Pénitentiaire, il est inconcevable, qu’une fois de plus, de nouvelles missions viennent impacter sur le cœur de métier, qui est et restera, la détention.

Dans l’ordre du jour, il était question, aujourd’hui, d’échanger et de débattre, sur la sécurisation périmétrique des établissements pénitentiaires (Article 12-1 Loi Pénitentiaire).

L’application de cette modification règlementaire permettra à ces futurs agents de contrôler l’identité des personnes sur l’emprise foncière de l’établissement d’y exécuter des fouilles par palpation, voir même une retenue dans l’attente de l’intervention des forces de sécurité intérieure.

De plus, nous avons également échangé, en autre, sur l’équipement des futures ESP/ELSP, qui devront faire l’objet d’une nouvelle réunion dans les jours prochains.

La CGT Pénitentiaire a d’ores et déjà rappelé que l’uniforme doit être adapté aux missions exécutées. Cependant, la CGT Pénitentiaire reste attachée à l’unicité du corps et s’est donc positionnée pour une amélioration généralisée de l’uniforme pour l’ensemble des personnels de surveillance.

Pour information, dans l’équipement proposé dans le projet de l’administration, il est prévu la dotation d’une caméra individuelle portative, type GO PRO. Au vue de l’utilisation détournée de la vidéo-protection dans bon nombre de nos établissements, il est inconcevable, pour la CGT Pénitentiaire, de redonner un nouvel outil, qui de prime abord, est censé protéger l’agent mais qui, in fine, le dessert.

Enfin, la CGT Pénitentiaire insiste sur la nécessité absolue d’avoir des réponses claires et précises sur les arbitrages en cours avant de continuer le cycle de nos discussions.

Malgré sa volonté d’avancer sur ce sujet, la CGT Pénitentiaire n’acceptera pas tout et n’importe quoi, sans garantir aux agents des conditions d’exercice dignes.

La CGT Pénitentiaire ne signera aucunement un chèque en blanc à l’administration sur cette question !!

Montreuil, le 23 Mai 2017

Plan du site | Infos légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page