La C.G.T

UGSP-CGT

Accueil > Communiqués > Nationaux > La CGT Pénitentiaire ne cautionne pas la réforme des (...)

La CGT Pénitentiaire ne cautionne pas la réforme des Personnels Techniques !

http://www.ugsp-cgt.org/La-CGT-Penitentiaire-ne-cautionne
mercredi 6 septembre 2017

L’administration pénitentiaire avait convié l’ensemble des syndicats représentatifs
(CGT Pénitentiaire – UFAP et FO) à une réunion sur le statut des personnels
techniques, le mardi 5 septembre 2017 à 14h30. Etait à l’ordre du jour les modalités
de l’examen professionnel de technicien de 1er classe. La CGT Pénitentiaire a
claqué la porte de cette réunion.

En effet, non signataire de la réforme des personnels techniques, la CGT Pénitentiaire
ne pouvait cautionner cette rencontre. Selon nous, l’ensemble des adjoints techniques
de catégorie C devait passer dans le grade de technicien 2ème classe (catégorie B) et
les actuels techniciens dans le grade de technicien 1er classe. Nul besoin donc de mise en place d’examen professionnel.

La CGT Pénitentiaire estime juste le passage en B de l’ensemble des collègues
adjoints techniques, comme le passage des actuels techniciens dans le grade de
1er classe. Ce qui correspond aux qualifications et missions exercées sur les
terrains par l’ensemble des professionnels.

L’administration et les signataires (UFAP et FO) quant à eux, « offrent
généreusement » un plan de requalification permettant l’accession à la catégorie
B de 120 Adjoints Techniques (sur les 376 existants, soit un tiers des collègues )
et quelques miettes pour les actuels techniciens !

C’est inacceptable : après 17 ans sans révision statutaire, les
personnels techniques méritaient mieux que cette signature du 5 mai,
« entre deux portes », avec un Cabinet Urvoas sur le départ !

Décemment, la CGT Pénitentiaire ne souhaite pas accompagner l’administration
dans une voie sans issue pour une grande majorité des personnels techniques.
Qu’ils soient adjoint technique ou technicien, le personnel méritait mieux que ce
saupoudrage qui ne profitera qu’à une infime minorité.

Quelle injustice pour les autres... comme pour ceux restants en C qui risquent en
plus d’être condamnés à être enfermés dans un grade ministériel avec les adjoint
techniques de la PJJ et d’être très mobiles pour effectuer leurs missions au sein
d’une région !

Décidément, qui avait-il de si pressé à signer en urgence cette réforme au rabais ? Après 17 ans d’attente, nos collègues méritaient mieux !

Montreuil, le 5 septembre 2017